New MMSA spank logo

Je suis l'esclave de mes jeunes frères
Partie 2

by Jerome

Go to the contents page for this series.

Copyright on this story text belongs at all times to the original author only, whether stated explicitly in the text or not. The original date of posting to the MMSA was: 07 Mar 2017


Je suis l’esclave de mes jeunes frères. Part 2

Récit traduit de l’anglais et publié sur Nifty par T. Dickson † sous le titre Slave to my young brothers.

Chapitre 2

Après avoir été profondément humilié et dégradé d’homme libre à esclave, je n’avais pas du tout envie d’aller à la ferme pour dîner. Mais je n’ai plus de choix à faire, mes jeunes frères me contrôlent complètement et me disent ce que je dois faire. J’aurais mieux fait de rester auprès de mon père mais malheureusement je suis ici et je me sens pris au piège. Et je priais pour que mes frères ne me mettent pas dans l’embarras en présence de ma mère.

Ma mère nous a salué et elle était tout sourire. Elle aime avoir ses trois fils auprès d’elle. Elle a constaté que je ressemblais à un fils de fermier maintenant. J’avais l’impression de porter des guenilles et j’aurais préféré porter mes vêtements et me sentir normal à nouveau.

Nous étions tous assis à table, maman à l’un bout, Jeff à l’autre, Aiden et moi d’un côté et Justin en face de nous. Je voulais juste manger rapidement et m’en aller. Maman a dit la prière ; elle était très religieuse. Elle allait souvent à l’église et priait énormément. Etant mariée à Jeff elle avait le besoin de prier.

Dès que nous pouvions manger, Justin a raconté à maman en se marrant :

—Devine quoi ? Caden porte des sous-vêtements de filles.

—Ce sont des boxers en soie, ils sont plus confortables que le coton

Ai-je dit.

Jeff a souri et a dit :

—Justin, tu as raison. Un homme vrai ne porte pas des dessous en soie !

Les trois hommes ont ri et maman et moi nous avons plongé notre tête dans notre assiette.

Puis, Aiden me prend par l’épaule et dit à sa mère :

—Quand nous étions occupés à décrasser Caden, nous avons découvert que notre grand frère n’était pas grand du tout. Caden a eu une gaule et je te jure que sa quéquette était plus petite que celle de Justin et ses couilles ont la grosseur de deux billes.

Les trois gars riaient à nouveau et Justin a ajouté :

—Je parie que c’est à cause de cela qu’il n’a pas d’amie. Moi, j’ai une bite plus grande que la sienne, j’ai deux grosses couilles et plus de poils.

J’avais envie de m’écrouler sous la table.

Jeff a ajouté que ses fils devaient être contents d’avoir ses gênes et pas ceux de mon père.

Jeff a aussi demandé à Aiden s’il m’avait bien récuré et il a répondu :

—Nous avons dû utiliser une brosse pour ôter l’odeur de la ville et nous l’avons rasé complètement car peut être qu’il avait des poux ou des puces. Tu sais comment peuvent être les gens de la ville, malodorants et méchants. Caden apparemment ne s’en souciait pas mais durant tout son récurage il a été en érection totale.

Je ne pouvais pas croire qu’ils racontaient tout cela en présence de ma mère. Je sais que j’étais rouge de honte, totalement embarrassé et humilié. Maman, elle, regardait son assiette et mangeait calmement. Je pense que je suis plus comme elle : assez soumis et ne cherchant pas à se défendre.

Jeff a encore dit que j’étais sous leur responsabilité. Ils devaient m’apprendre à travailler comme un vrai homme, m’entraîner à être obéissant et me punir si c’était nécessaire.

Puis il leur a dit que comme je n’avais jamais fait le travail d’un homme vrai, que j’allais transpirer un max ils devaient donc me décrasser chaque jour et surtout récurer mes petites couilles pour éviter que j’ai des éruptions cutanées.

Les garçons étaient d’accord de bien m’entraîner et de prendre soin de moi. Jeff a encore ajouté que j’étais bien trop pâle et qu’ils devaient me laisser courir torse nu pour que je bronze à moins qu’ils ne veuillent que je sois bronzé totalement.

Tous les trois se sont mis à rire et les garçons trouvaient l’idée géniale.

Justin a ajouté :

—Si nous l’avions fait je suis sûr que Caden aurait eu la gaule toute la journée.

Et les choses se sont encore aggravées quand Jeff leur a conseillé de me laisser à poil à l’extérieur.

Mes frères n’ont pas besoin d’aide extérieure pour avoir des idées pour m’humilier.

Aiden a mis sa main sous la table et a serré ma cuisse et j’ai tremblé à son contact, puis il a mis sa main sur mon entre jambe et j’avais un braquemart ! Je devais bien m’y résoudre ! Il a serré ma bite et il m’a souri.

Le repas était enfin terminé. On s’est levé, maman a embrassé ses trois fils sur la joue et nous a souhaité la bonne nuit. Elle m’a serré et m’a regardé droit dans les yeux. C’était comme si elle voulait me dire Désolé, mais je ne peux rien faire pour t’aider. Je lui ai souri et je lui ai dit que je l’aimais et que tout était ok avec moi.

En sortant Aiden en criant assez fort pour que tout le monde l’entende :

—Caden, il est temps que l’on s’occupe de ton bronzage ! Déshabille-toi sur la terrasse et laisse tes vêtements ici. Tu ne les mettras que pour pouvoir entrer dans la ferme de toute façon.

Justin se marrait. Moi, j’étais choqué et j’ai demandé si c’était une blague. Aiden souriait et m’a dit :

—Non, tu vas avoir un bronzage total commençant maintenant et en outre comme on connait ton corps pitoyable ça ne peut être que positif. A poil grand frère.

Jeff et les garçons m’observaient et riaient sachant que je n’allais pas refuser. J’ai simplement dit ’Peu m’importe’ !

J’ai enlevé mon t-shirt et mon jeans que j’ai déposé sur une chaise de la terrasse. Je pouvais garder mes bottes aux pieds. Et dès que j’ai senti le vent sur ma bite je me suis mis à bander.

Justin a dit Aiden :

—Caden est tout chaud pour nous.

Puis, il a attrapé mon braquemart et mes couilles et m’a tiré jusqu’à la grange. Je lui ai dit que je pouvais marcher sans son aide mais il s’est mis à rire et m’a demandé :

—Si tu te payes la gaule n’est– ce pas pour me supplier de te tirer ainsi jusqu’à la grange.

Je ne pouvais croire que je me promenais tout nu à l’extérieur et qu’un gosse de 13 ans me tirait par ma queue.

J’avais l’espoir que les garçons seraient fatigués et que nous retournions à la grange pour nous détendre, jouer à des jeux vidéo ou regarder la télévision. Je sais que moi j’en avais assez pour aujourd’hui.

Au moment où nous sommes arrivés à la grange ma bite et mes couilles étaient endolories d’être tirées et maltraitées par Justin ; il aimait vraiment humilier son grand frère.

Arrivés dans la grange, j’ai dû monter l’échelle en premier et Justin qui me suivait me frappait les fesses à tout instant. Ces gamins n’arrêtent donc jamais ! Je voulais lui donner un coup de pied mais je n’ai pas osé le faire car il m’aurait sûrement donné une raclée lui-même ou sinon son frère ou Jeff l’auraient fait.

Dès que l’on était dans le loft, Aiden m’a dit qu’il était temps qu’il me donne ma punition. Et en disant cela il a ôté sa chemise. Pendant que je lui demandais pourquoi je méritais une correction je regardais fixement son torse. C’était la première fois que je le voyais presque nu ; il ne portait que son short. Il était bronzé, un torse développé avec de fins pectoraux et il était glabre. Ses bras étaient bien musclés aussi.

Aiden m’a dit que je suis puni parce que je ne me suis pas foutu directement à poil sur la terrasse. Il s’est assis et m’a dit de me coucher en travers de ses cuisses. J’ai souris et j’ai dit :

—Tu vas me donner la fessée ! Je ne suis plus un gamin !

Justin a mis sa main à l’arrière de ma tête et m’a poussé jusque chez son frère et m’a forcé à me coucher sur ses cuisses.

Dès que j’étais couché, Justin m’a fait écarter les jambes et Aiden a pris ma gaule en main et l’a poussé avec mes couilles vers l’arrière, vers mes fesses. Je me sentais comme un idiot totalement à poil et prêt à être fessé par mon jeune frère.

Il n’a pas perdu de temps. Il a frappé mes fesses et cela faisait mal et cela engourdissait mes fesses. Je lui ai demandé d’arrêter en lui disant que j’allais obéir à ce qu’il demandait et que je ferais tout ce qu’il veut mais il continuait à me battre. Il s’est arrêté pour me dire que mon excuse était pathétique dans la bouche d’un homme.

Il m’a ordonné d’arrêter de pleurer et il a forcé ma rondelle avec ses doigts. Cela faisait très mal et j’ai sauté en l’air. Je ne bandais plus ! Il a ri et m’a dit qu’elle était trop sensible et qu’il allait devoir y travailler. Je ne savais pas ce qu’il voulait dire. Mais il a recommencé à me fesser.

J’avais le cul en feu et je suis sûr qu’il était d’un rouge profond. Maintenant il s’arrêtait après quelques claques puis il assouplissait ma rondelle. J’étais coincé entre ses cuisses et mon cul était totalement à sa portée. Il semblait réellement s’amuser à torturer ma rondelle et cela a duré encore 5 autres minutes. Il disait que sa main lui faisait mal mais je suis sûr que ce n’était pas aussi douloureux que mon cul.

Aiden m’a ordonné de mettre mes mains dans le dos et d’écarter mes fesses. Je ne savais pas pourquoi mais j’ai obéi. De toute façon c’était vexant pour moi de devoir lui exposer mon trou du cul et je me suis à nouveau mis à bander.

Il a léché son doigt et l’a poussé dans mon cul. Je ne m’attendais pas à cela et j’ai crié à cause de l’intromission. Une fois de plus je lui ai dit que je n’étais pas un pédé et il m’a répondu :

—Oui, pour sûr, et ta queue qui bande c’est quoi ?

Il a commencé à me baiser avec son doigt et j’ai supplié d’arrêter. Il a ri et il a inséré un deuxième doigt. Il a dit à Justin :

—Notre grand frère est très souple de ce côté-ci, nous allons nous payer beaucoup de plaisir avec son petit cul.

Ils riaient tous les deux mais le plus étrange c’est que je gardais bien mes fesses bien séparées pendant qu’Aiden me doigtait le cul

Un gars hétéro aurait réagi, il se serait relevé et sorti ce doigt merdeux de son cul. Moi, j’étais couché là en le laissant faire.

Après le choc initial, je dois reconnaître que je me sentais bien et je commençais à gémir quand il enfonçait ses doigts plus profondément.

Justin m’a entendu et a dit à son frère :

—Ecoute, Caden adore cela ! Qu’est-ce que cela va être quand il se fera enculer !

Il a attrapé mes couilles et ma queue. Justin venait aussi d’ôter sa chemise et je l’observais, je le détaillais. Il ressemblait à Aiden en moins développé mais il était sur le bon chemin et son bronzage était parfait. Ces deux garçons étaient sans aucun doute bien plus masculins que moi.

Après encore quelques minutes de doigtage Aiden m’a jeté par terre et il s’est baissé et a mis ses doigts dans ma bouche et m’a ordonné de les nettoyer. Tout cela a été si vite que je ne réalisais pas. Comme un automate j’ai commencé à lécher ses doigts qui goûtaient le jus de mon cul. C’était dégueulasse, mais c’était excellent quand ses doigts exploraient mon cul. Je n’avais encore jamais mis quelque chose dans mon cul. Quand j’en ai l’occasion je ferai des essais moi-même. J’aime ces sensations.

Justin remarqua que j’avais laissé de la mouille sur la cuisse d’Aiden et lui a dit. Aiden m’a regardé, il a sorti ses doigts de ma bouche et il ce qu’il avait encore sur ses doigts, il me l’a foutu sur ma tronche et a dit :

—Espèce de tapette lèche cette merde sur ma cuisse.

Il m’a saisi par les cheveux et a poussé ma gueule vers sa jambe et j’ai immédiatement commencé à lécher sa jambe. Elle était tout en sueur et avait bon goût. J’ai vu l’endroit où mon pré cum avait atterri et j’ai tout léché avidement.

C’était la première fois que j’en goûtais. Ce n’était pas mauvais du tout mais Justin pointait déjà du doigt vers moi pour prévenir son frère que je bandais ferme en léchant ma mouille sur la jambe de son frère.

Puis Justin a dit :

—Je pense que la pute a mis aussi du foutre sur ton entrecuisse, demande à notre chienne de lécher cela.

Je pense qu’Aiden aimait l’idée puisqu’il m’a attrapé par les cheveux et à pousser ma gueule contre son entrejambe. Je voulais encore une fois leur rappeler que je n’étais pas pédé mais Aiden poussait trop fortement ma figure sur son entrecuisse. Je sentais qu’il commençait à bander et il m’a donné l’ordre de lécher.

J’ai commencé à lécher sa fermeture éclair de haut en bas et je peux dire que sa bite était toute dure et il portait à droite. Je léchais sa bite sur toute la longueur. Je peux dire qu’elle devait être plus longue et plus grosse que la mienne. J’ai léché une bonne minute puis Aiden m’a dit de sucer. J’ai baissé la tête et j’ai ouvert grandement ma bouche pour sucer, au travers de sa culotte, sa jambe et son dard.

J’ai entendu Justin dire :

—Regarde ce pédé, je suis sûr qu’il aime ta queue !

—Oui, on le savait bien que c’était un pédé !

A rétorqué son frère avant de me pousser par terre. Je ne sais pas pourquoi mais j’aurais aimé continuer à lécher.

Aiden et Justin m’observaient couché sur mon dos avec ma queue bandante, tremblante et aussi chauve. J’avais ma main sur ma queue mais Aiden m’a donné un coup de pied pour que j’arrête. Ils se marraient de moi parce que j’étais pitoyable. Puis Aiden m’a dit que je ne pouvais plus toucher ma queue sans leur permission. Je n’avais plus joui depuis des jours et j’étais franchement très excité. Et moi qui voulais justement juter !

Aiden m’a ordonné de me lever et a ajouté qu’il était temps pour ma formation. Je n’avais aucune idée de ce qu’il voulait dire. Je me suis levé, il a mis une main dans le dos et m’a poussé contre le mur du fond. Justin avait déjà des cordes en main.

Tout cela était encore confus pour moi mais j’avais encore toujours une terrible érection. Une fois que j’étais en place il a pris deux cordes et les a jetées au-dessus de la poutre. Il a attaché une main à une corde et l’autre main à l’autre corde. Puis il a tiré les cordes vers le haut jusqu’à ce que je fusse sur la pointe de mes orteils. J’étais maintenant à sa merci. Mais il n’en avait pas encore fini. Avec ses pieds, il m’a écarté au maximum mes jambes et avec une autre corde il a attaché une jambe à un poteau et Justin avait de même avec l’autre jambe. Maintenant j’étais comme crucifié et ils pouvaient faire de moi ce qu’ils voulaient. Et j’avais toujours mon braquemart.

Le comble je commençais à apprécier l’attention que je recevais des garçons même si parfois elle était humiliante et douloureuse à certains moments.

Les garçons se sont levés et souriaient en me voyant ainsi crucifié prêt à subir mon entraînement. Aiden a pris une tapette à mouche avec laquelle il frappait sa main et il a dit à son frère :

—L’entraînement de notre grand frère va commencer.

Puis il a soudainement fouetté l’air avec la tapette puis mes couilles. J’ai crié sous la douleur. Mes deux frères riaient de moi parce que j’étais franchement une mauviette. Mon érection avait bien sûr disparu et du coup il y avait moins de tension sur mes couilles.

Aiden a chargé Justin de trouver une autre corde pour que ma bite ne soit plus dans le chemin. Ils ont fait un nœud autour de ma bite avec la corde et l’autre bout ils l’ont jeté au-dessus de la poutre et ainsi et mes couilles étaient à leur merci; rien n’était plus dans leur chemin.

Aiden m’a regardé pendant que je plaidais pour qu’il ne frappe plus mes couilles. Il a juste ri et m’a dit que cela faisait partie de leur travail pour me durcir et de faire de moi un homme et dans ce programme mes couilles étaient comprises.

Puis les coups se sont succédés et je pensais que j’allais en mourir. Quand il s’est arrêté, je pleurais comme un bébé et mes couilles étaient gonflées.

Justin voulait aussi avoir son tour et Aiden lui a donné le tue-mouche et Aiden m’a dit que pour la fin de de l’été mes couilles allaient être dures et grosses.

Justin a frappé mes couilles mais ce n’était pas aussi fort qu’Aiden, mais ça faisait quand même très mal. Il a frappé mes couilles de trois bons coups puis il a lâché la tapette. J’étais en pleur, je transpirais comme un porc et mes couilles étaient en feu et fortement endolories.

Aiden a saisi mes couilles pour les examiner. Il a dit qu’elles étaient vraiment gonflées et il les a une dernière fois bien serrées pour montrer qui était le chef. J’ai serré les dents et je l’ai imploré de ne plus les frapper.

Aiden s’est mis à rire et m’a dit qu’il allait durcir mes couilles pour que je puisse mieux m’en servir et qu’il allait les torturer chaque jour. Ensuite il m’a dit qu’il devait les étirer. Il a donc pris une corde et l’a attaché à mes couilles et à l’autre bout il a attaché une tasse et puis l’a laissé tomber. J’ai crié de douleur. Mes couilles sont gonflées et en plus maintenant elles sont étirées. Les garçons ont ri et Justin a ajouté du poids et puis il a fait basculer le tout et la tasse se balançait tout entre mes jambes. Ça m’a blessé mes balloches mais je suppose que ça avait l’air drôle et amusant parce qu’Aiden m’a dit de continuer à faire balancer la tasse. En fait je ne voulais pas mais je n’avais pas le choix. Aussi, j’ai commencé à faire travailler mes hanches pour que la tasse continuer à se balancer. Les garçons ont éclaté de rire en me regardant faire cela.

Aiden a repris le tue-mouche et je le suppliais de ne plus frapper mes couilles. Je pleurais et j’implorais. Au lieu de cela il a frappé fortement mon téton droit puis le gauche. Ça faisait mal mais pas autant que mes couilles.

Aiden m’a dit que j’ai trop mou, trop doux et que cet entraînement devait être renforcé. Il a continué à frapper mes tétons jusqu’à ce qu’ils soient rouges, gonflés et en sang. Et je pleurais encore une fois de douleur. Après 5 bonnes minutes il s’est arrêté.

Justin a pris à son tour la tapette et a commencé à frapper mon ventre jusqu’à ce qu’il soit rouge vif. Puis son attention a été attirée sur ma bite attachée. Il a frappé le gland de nombreuses fois puis il s’en est pris à la hampe. Tout était rouge, c’était l’enfer. Plus je pleurais, plus il frappait. Mais avant de s’arrêter, avec son tue-mouche il a encore malmené mes fesses déjà meurtries.

Ils se marraient tout le temps qu’ils m’ont torturé. Il est certain qu’ils jouissent de battre, de torturer leur grand frère. Je savais que c’était des harceleurs mais je ne me doutais pas qu’ils étaient aussi sadiques.

Aiden a finalement dit que l’entraînement était terminé. Le temps était venu pour certains amusements. Fantastique, plus de douleur me suis-je dit. Ils ont ôté tous mes liens et je suis tombé à terre. J’étais épuisé, je transpirais, j’étais meurtri, j’avais mal partout ; je voulais simplement un bon bain chaud et aller me coucher.

Ce que je voulais n’avait pas d’importance bien sûr. Justin m’a tiré par les cheveux et à quatre pattes il m’a traîné jusqu’à la table, mes couilles toujours enserrées et pourvues de la tasse à café. Il m’a tiré vers le haut j’ai dû étendre mon ventre et mon torse sur la table. Ma tête était suspendue d’un côté et mes jambes sur le sol de l’autre côté. Justin a rattaché mes mains et Aiden mes jambes aux pieds de la table en s’assurant que mes jambes étaient bien écartées et que la tasse à café attachée à mes couilles pendait entre mes jambes et pouvait se balancer.

Aiden a poussé la tasse et m’a dit :

—Chienne est-ce que je t’ai dit d’arrêter de balancer ta tasse ?

—Non Sir

Ai –je répondu d’une toute petite voix et j’ai commencé à faire l’amour à la table pour faire balancer la tasse. Les garçons rugissaient de rire en me regardant niquer la table. Justin m’a tapé sur le cul meurtri et m’a dit de ne pas arrêter mon ondoiement.

Aiden est venu vers moi et je l’observais quand il a ôté son short. Sa queue rebondissait et je gardais la tête dressée pour admirer cela. Sa bite faisait un bon 18 cm et était épaisse en outre il avait deux grandes couilles pendantes et un gros buisson poilu : il avait tout ce que je n’avais pas.

Il m’a demandé si j’aimais sa queue et je lui ai dit

—Sir, tu as une belle bite et des grosses couilles et bien plus de poils que moi.

—C’est parce que je suis un homme et toi un petit pédé à niquer. Embrasse ma bite, chienne.

A-t-il répondu et il a poussé son gland directement entre mes lèvres. J’ai embrassé son gland et goûté sa mouille. Cela avait bon goût pour moi.

Puis il a levé ses couilles jusqu’à ma bouche et m’a dit de les embrasser ; et je les ai bécotées toutes les deux. Elles étaient en sueur et avaient un goût salé mais agréable.

—Ouvre ta bouche

M’a-t-il ordonné et il a fourré un tiers de sa bite dans ma bouche et il m’a ordonné de commencer à le sucer.

Je ne voulais pas être son enculé, son bouffeur de queue mais j’étais trop faible pour refuser et j’en ai donc tiré le meilleur que j’ai pu.

Il me baisait la bouche en me disant de bien saliver et de rendre sa bite très humide parce que ce sera mon seul lubrifiant quand tout à l’heure il prendra d’assaut ma rondelle.

Justin en remettait en me disant :

—Aiden va y aller à fond la caisse et t’offrir un nouveau et grand trou du cul.

Je voulais dire non, mais ma bouche était trop pleine et trop occupée.

Puis Justin a remarqué que ma bite bandait à fond ; elle dépassait de la table !

—Aiden, notre grand frère se paye la gaule en te suçant !

—Pourquoi n’en aurait-il pas une, j’ai une queue impressionnante, n’est-ce pas grand frère ? Tu aimes ma queue ?

Il a sorti sa bite de ma bouche et j’ai dit :

—Oui, Sir, tu as une superbe bite, mais s’il te plaît ne m’encule pas, cela va me faire mal. Je te fais une fellation et je te fais jouir. D’accord ?

Il a répondu :

—Tu vas me faire un tas de fellation mais pour maintenant je veux ta rondelle.

Aiden a fait le tour de la table et se trouvait maintenant entre mes jambes et balançait la tasse à nouveau. Mes jambes étaient écartées au maximum et mon trou du cul totalement exposé. Il a aligné sa bite avec ma rondelle et il a introduit son gland puis il s’est arrêté. J’ai crié. Son gland était en forme de chapeau de champignon et il a bien élargi mon cul.

Heureusement, Aiden a attendu jusqu’à ce que la douleur initiale ait disparu. Ensuite, centimètre par centimètre, il est entré en moi jusqu’à ce que je sente ses couilles contre mes fesses. Je pouvais sentir ses poils pubiens sur mon cul. Et puis il a commencé à pomper mon cul. Lentement au début, mais il a augmenté son rythme. Il me branlait en même temps et m’enculait vite et fort.

Il m’enculait comme on encule une pute à 2$ et la tasse se balançait et étirait mes couilles encore et toujours. Je lui ai demandé de l’enlever mais il a ri et a dit :

—Je veux que tes couilles arrivent jusqu’à tes genoux et avec cette tasse je vais y arriver.

J’ai senti que sa bite se gonflait un peu et il se crispait ; je savais qu’il était proche de l’orgasme et j’ai senti au moins quatre jets puissants remplir mes entrailles.

Il s’est effondré sur mon dos et est resté là pour quelques minutes. Quand il avait récupéré, il a retiré sa bite et je pouvais sentir son sperme de mâle dégouliner de mon trou du cul et couler sur mes jambes. Je pensais qu’il a juté bien plus que ce que je ne pourrai jamais le faire.

Il a fait le tour de la table, il a soulevé ma tête et m’a dit de nettoyer sa queue. Elle n’était plus tout à fait dure mais bien couverte de son sperme et du jus de ma rondelle. J’ai léché aussi bien que j’ai pu. C’était le premier vrai cum que j’ai goûté. J’ai été surpris que j’ai aimé mais par contre le jus de mes entrailles, pas du tout.

Aiden a encore ajouté :

—C’était bon grand frère. Je me fais déjà une joie de pouvoir baiser ton cul, de t’enculer chaque jour !

—A moi maintenant, je suis ton prochain client, pédé !

A dit Justin qui se tenait devant sans short et sa bite toute dure était pointée vers figure. Il a pris sa bite en main et m’a giflé avec son engin. Elle semblait aussi grande que la mienne et lui aussi avait deux grosses couilles qui pendaient plus bas que les miennes. J’aurais aimé les avoir.

Justin m’a demandé si j’aimais sa queue.

—Oui, Sir, tu as une grosse bite et deux grosses couilles. Elle est plus grande que ma petite bite pitoyable et que mes petites couilles. Et tu as plus de poils pubiens que moi, Sir.

Je me sentais pitoyable. Justin n’avait pas encore 14 ans et il était plus grand que moi. Ces garçons ont la chance d’être tous les deux si bien pourvus en tout.

Il a levé ma tête et j’ai ouvert ma bouche et j’ai englouti son engin. Il devait avoir environ les mêmes dimensions que le mien et j’ai vraiment aimé sucer sa bite. Il faisait beaucoup de mouille et j’ai tout avalé quand je léchais son gland.

Quand il s’est retiré il est allé directement de l’autre côté de la table. Il a regardé mon cul qui était encore bien ouvert et le foutre en sortait encore.

Aiden lui a dit que j’étais bien lubrifié et prêt à l’emploi pour lui. Justin a aligné sa bite avec ma rondelle et elle a disparu directement et en une fois il a atteint le fond et je sentais aussi ses poils pubiens contre mes fesses.

Il ne m’a pas fait mal comme l’a fait Aiden mais c’est vrai que sa bite est plus courte et plus mince que celle de son frère qui en outre m’avait bien lubrifié.

Il m’a baisé aussi fort qu’Aiden et la tasse se balançait aussi fortement et mes couilles subissaient un étirement douloureux

Heureusement pour moi Justin n’a pas tenu longtemps. Quand il avait tiré son coup, je pouvais sentir que beaucoup plus de sperme dégoulinait de mon cul.

Il a retiré sa queue et me l’a présenté pour la nettoyer. Elle avait trempé dans son sperme et celui d’Aiden. Je dois avouer que j’ai avidement sucé et léché sa bite et avalé tous les spermes.

Les garçons m’ont détaché et je me suis couché sur le sol j’ai complètement vidé et j’avais mal partout. Je ne sais pas ce qui me fait le plus mal : mon trou du cul ? Mes couilles ? Ma bite ? Mes fesses ? En tout cas, je n’avais plus de force. J’étais simplement couché là avec du sperme me coulant de ma rondelle.

Les garçons se sont moqués de moi et Aiden m’a dit de ne pas gaspiller leur foutre et de le sortir de mon cul et de le manger, de le déguster. J’ai d’abord recueilli le sperme sur mes jambes et autour de mon cul avec mes doigts que j’ai léchés. Puis j’ai pu facilement mettre deux doigts dans mon cul j’ai pu sortir leur sperme de mes entrailles et je l’ai mangé.

Je pense que j’étais occupé à sourire puisque Justin a dit :

—Regarde-le savourer notre sperme, Aiden ; le petit pédé à l’air d’apprécier !

—Ce n’est qu’un début Justin, il va pouvoir bouffer notre jus plusieurs fois par jour !

Et ils ont ri !

Quand j’ai eu fini de manger leurs jus Aiden a dit qu’il était temps de nettoyer. Je pouvais à peine me tenir debout mais j’ai quand pu descendre l’échelle.

Nous sommes tous sortis pour prendre notre douche à poil. Je les regardais avec respect mais aussi avec crainte. C’étaient des garçons vraiment chauds et je voulais leur queue !

Nous étions tous en transpiration, malodorants et avions besoin d’une douche. Mais avant que Justin n’ouvre l’eau, il a soulevé son bras droit et m’a poussée m’ordonnant de lécher son aisselle. J’étais surpris qu’il demande cela mais j’ai léché ses poils comme une bonne petite pédale. Le goût était salé mais j’aimais le goût. Puis je me suis occupé de l’aisselle gauche sur ma propre initiative. Il a levé le bras et j’ai léché.

Aiden avait compris que je ne pouvais pas en avoir assez d’eux et il avait entièrement raison.

Aiden a simplement levé son bras droit et je suis presque précipité pour aller son aisselle. Le goût était le même que chez Justin.

Aiden avait raison ! Je voulais plus d’eux ! Je voulais tout d’eux mais surtout leur côté méchant, leur côté dominant, leurs aspects mauvais.

J’avais à nouveau la gaule quand je léchais leurs aisselles malgré que mes couilles fussent gonflées.

Aiden a frappé ma bite et a dit qu’il était temps de se laver. Justin a ouvert l’eau et tous les trois nous avons pris notre douche ensemble.

C’était un super moment de pouvoir partager avec eux cette douche comme si nous étions de bons amis.

Après la douche, nous sommes remontés au loft et Aiden a dit qu’il était temps d’aller au lit. Puisque demain c’était dimanche nous pouvions dormir jusqu’à 7 heures du matin.

Aiden et Justin étaient couchés dans le lit côte à côte et Justin m’a dit de dormir à leurs pieds et je me suis couché en travers du lit. Aiden a mis son pied dans ma figure et m’a ordonné de lécher ses orteils. J’ai pris son pied en main et je l’ai léché et en alternance je suçais ses orteils. Il m’a traité de pédé mais il m’a laissé continuer de lécher ses pieds. Et Justin avait son pied sur mon braquemart et jouait gentiment avec. Dans les minutes qui suivirent nous étions tous les trois endormis

Quelle journée et j’avais encore tout l’été devant moi !

A suivre

 
Go to the contents page for this series.

◀  Read the in this series.     Read the in this series.  ▶


Show all the stories by Jerome
You can also discuss this story in the New MMSA Forum.

The contents of this story archive may not reflect
the views or opinions of the site owners, who most
certainly DO NOT sanction ANY abuse of children.
copyright © 2005-2018   admin ·AT· malespank.net
Labelled with RTALabel.org Valid HTML 5!