New MMSA spank logo

Je suis l'esclave de mes jeunes frères
Partie 3

by Jerome

Go to the contents page for this series.

Copyright on this story text belongs at all times to the original author only, whether stated explicitly in the text or not. The original date of posting to the MMSA was: 09 Mar 2017


Je suis l'esclave de mes jeunes frères. Part 3

Récit traduit de l'anglais et publié sur Nifty par T. Dickson † sous le titre Slave to my young brothers.

Chapitre 3

Le lendemain matin je dormais encore en travers du pied du lit avec le panard d'Aiden sur ma figure quand j'ai été soudainement réveillé par le pied de Justin qui frappait ma bite et mes couilles toujours gonflées. J'ai tenté de saisir mes couilles mais Justin maintenait trop de pression avec son pied et je l'ai entendu me dire :

—Salope, grimpe jusqu'ici et prend soin de l'érection matinale de ton petite frère.

Aiden était maintenant éveillé et me poussait le pied dans la figure et j'ai embrassé et léché son pied quelques moments puis j'ai rampé entre mes frères et j'ai pris sa trique matinale en bouche. J'ai léché son pré cum et je léchais et suçais son gland.

Mes couilles encore meurtries et je me demandais comment j'avais pu terminer comme le suceur de bite, comme l'enculé de mes jeunes frères. Hier, j'étais un homme normal et hétéro ayant besoin d'un peu d'aide et maintenant je suis nu, sans poils. Je suis une tapette servant ses petits frères comme leur esclave personnel.

Justin était là, les mains derrière la tête, souriant et jouissant de sa fellation matinale et m'a dit :

—Salope, je m'attends à ce que tu me tailles une bonne pipe chaque matin ! Mais puisque j'ai dû te réveiller pour me la faire, cette bonne pipe, tu seras puni !

Je me demandais comment je pouvais toujours être éveillé avant lui. Et surtout en semaine quand on doit encore se lever plus tôt.

Aiden ne voulait pas être laissé de côté. Il s'est approché et m'a frappé le cul. Il m'a dit que puisque je n'ai pas sucé sa bite en premier qu'il devrait me punir aussi. C'était une situation sans victoire pour moi. Il n'y avait aucune possibilité pour que je puisse les sucer au même moment. Donc quel que soit le frère que je suce en premier, l'autre me punira de toute façon.

Je n'étais éveillé que depuis 5 minutes et j'avais déjà deux châtiments qui m'attendaient.

J'ai abandonné la queue de Justin quelques instants pour dire à Aiden que ma rondelle et mes couilles me faisaient horriblement mal.

—Je ne voudrais pas être à ta place grand frère !

M'a lancé Aiden.

Aiden s'est mis à genoux et a frappé mes fesses quelques fois puis il a saisi ma tignasse me forçant d'avaler plus profondément la queue de son frère puis il m'obligeait de me retirer. Il continuait à pousser mon nez dans les poils pubiens de Justin puis il me retirait pour mieux m'enfoncer ensuite. Je n'avais aucun contrôle mais Justin appréciait énormément le pompage de ma bouche sur sa bite qu'Aiden m'obligeait de faire.

Aiden m'a ordonné de lever mes fesses. J'essayais de me mettre à genoux tout en suçant la bite de Justin. Je suppose que je ne l'ai pas fait assez vite parce qu'Aiden a fessé mon cul durement jusqu'à ce que je sois en mesure de prendre la position et de bien exposer mes fesses. Il a écarté mes jambes. Je savais qu'il allait me baiser et que mon cul allait recevoir une raclée.

J'avais espéré qu'une fellation lui suffirait mais il ne voulait pas attendre que je finisse Justin. Aiden s'est mis entre mes jambes, a craché sur ma raie et sa queue. Il était dur comme un roc quand j'ai senti son gland pénétrer en moi. Il tenait mes hanches et sa queue allait et venait en moi lentement puis d'un coup sec, il était au fond de mon cul. J'ai tenté de crier mais j'avais une bonne bite en bouche !

Aiden a continué à faire des vas et viens en tenant mes hanches pendant qu'il me baisait fort et vite. Il était vraiment excité et voulait prendre son pied rapidement apparemment.

Justin a posé ses mains dans ma nuque en la guidant vers le bas au moment où Aiden poussait sa bite dans mon cul et il me relâchait quand son frère la retirait de mon cul. Ma gorge et mes entrailles étaient à vif. Mes frères m'utilisaient maintenant comme une machine à baiser. Justin se moquait de moi et quand il allait juter. Il a tenu ma gueule contre sa bite qui était donc au fond de ma gorge. Aiden, lui, continuait à me bourrer le cul. J'ai senti la première giclée de sperme de Justin au fond de ma gorge. Je ne pouvais presque pas respirer, je manquais d'air, j'étais comme bâillonné mais Justin gardait ma tête bien en place. Aiden et Justin s'en foutaient royalement de ce que je vivais, de ce que je subissais. Tout ce qu'ils désiraient c'était de prendre chacun leur pied.

Justin m'a bien envoyé 5 ou 6 giclées dans la bouche. J'ai tenté d'avaler autant que je pouvais mais il y en avait trop et son foutre s'écoulait de ma bouche.

Pendant que j'étouffais à cause de la bite de Justin, Aiden a augmenté son rythme et il déchirait vraiment mes entrailles. La douleur s'intensifia quand il martelait mon cul.

Justin a libéré ma tête de sa queue et m'a giflé avec elle dispersant son jus sur toute ma figure mais aussi sa bite, ses couilles et sa toison pubienne. Bien sûr il m'a ordonné de tout lécher.

J'ai tenté de le faire, mais Aiden était toujours occupé de violer mon cul. Justin a vu la douleur dans mes yeux, s'est contenté de rire de moi et a dit :

—Salope, je t'ai ordonné de nettoyer le gâchis que tu as laissé. Maintenant, je dois te punir à nouveau.

Je l'ai entendu, mais en ce moment, je m'en foutais, je voulais simplement qu'Aiden prenne son pied et qu'il sorte sa bite de mes entrailles. Sa queue était trop grande pour moi et mon trou du cul vraiment trop étroit et ma gorge était dans le même état.

Aiden était vraiment en train de baiser son frère aîné. Il a fessé mon cul disant :

—Prends ma bite grand frère !

Justin se contentait de rire.

Finalement Aiden était prêt à se décharger en moi. Il a enfoncé sa bite aussi profondément qu'il pouvait et est resté ainsi pendant qu'il tapissait mes entrailles de son foutre. Je sentais ses giclées avec lesquels il remplissait mon cul de son sperme chaud.

Il s'est écroulé sur moi ; nous transpirions tous deux très fortement. Quand il avait récupéré, sa bite bandait encore et m'a ordonné de la nettoyer.

Comme je n'étais plus prisonnier de la bite d'Aiden, je pouvais enfin m'occuper de Justin et lécher et nettoyer ses couilles, sa bite et sa toison pubienne avant de passer au nettoyage de la queue de son frère.

Aiden a encore fessé mon derrière en disant :

—Pédé, je t'avais ordonné de nettoyer ma bite.

—J'ai dû nettoyer Justin d'abord et pourquoi m'appelles-tu pédé ?

—D'abord, quand je te demande de faire quelque chose tu laisses tomber ce que tu fais et tu fais ce que je te commande de faire ou tu seras puni. Deuxièmement, tu es un vrai pédé. Tu suces nos bites et tu en prends plein le cul comme un pédé, un vrai n'est-ce pas tapette ?

Que pouvais-je dire ? Il avait raison ; je suce des bites, et ils me bourrent le cul donc j'ai répondu :

—Oui, Sir, je suis un pédé, Sir !

Je ne sais pourquoi j'ai dit Sir ; c'est sorti comme ça !

—Bien, je suis heureux que finalement tu admettes que tu es un minable, un perdant, un vaincu ! En outre, j'aime le fait que tu m'as appelé, Sir. A partir de maintenant tu t'adresses à moi et à Justin en disant Sir, ou maître ; compris pédale ?

J'ai baissé la tête et avec honte j'ai dit

—Oui Sir !

Après avoir léché le foutre et le jus de mon cul sur la bite d'Aiden, il m'a poussé par terre et m'a dit de mettre mes bottes ; il était temps de travailler. Lui et Justin se sont habillés. Et évidemment, moi ils allaient me faire travailler à poil.

J'ai essuyé le plus de sperme possible de mon visage et j'ai frotté de mon cul qui me faisait mal une partie du sperme d'Aiden. Pendant que j'essayais de mettre mes bottes Justin se tenait devant moi, il a retiré sa bite de sa culotte, m'a dit d'ouvrir ma bouche. Je l'ai prié de ne pas pisser dans ma bouche. Il a levé sa main sur moi et il m'a giflé en me disant que je dois obéir à tout ce qu'il me demande et, qu'avec le temps je le supplierai de pouvoir boire sa pisse.

J'ai entendu Aiden se moquer de moi et dire :

—Dépêche-toi, tapette et obéis car moi aussi je dois pisser.

Ça ne servait à rien de supplier et j'ai simplement ouvert la bouche et fermé les yeux. Le premier jet a atteint mes yeux, le nez avant d'arriver dans ma bouche. Justin pissait rapidement et le jet était puissant et la pisse du matin a un goût vraiment mauvais mais j'ai réussi à en avaler la plus grande partie. Certains jets ont mouillé s ma poitrine et déjà c'était au tour d'Aiden. Il a secoué sa bite semi dure sur ma gueule pour me taquiner en disant :

—Je parie que tu souhaites la sucer, n'est-ce pas tapette ?

Je lui ai dit que je préférais avaler son nectar que d'avaler sa pisse.

En fait, j'avais du mal à croire que je venais de dire que je préférais bouffer son sperme !

Aiden a répondu :

—Tapette, tu bois mon sperme, ma pisse, mes crachats, ma sueur et même manger ma merde si je te l'ordonne.

Il m'a souri et a déversé sa chaude pisse d'adolescent dans ma bouche. Elle avait un goût aussi amer que celle de son frère mais j'ai aussi tout bu ; je devais bien.

Mes frères peuvent vraiment pisser des litres ; j'étais plein et à mon tour je devais pisser. Après avoir léché la fameuse dernière goutte de la queue d'Aiden je lui ai demandé si je pouvais de grâce pisser aussi?

Il m'a regardé d'un air arrogant et m'a dit :

—Pédé, on te dira quand tu pourras pisser. Tu pisseras toujours à l'extérieur comme la chienne que tu es et tu ne diras plus jamais que tu dois pisser ; tu diras comme les enfants que tu dois dire aller faire pipi.

Aiden et Justin se sont foutus à rire, moi j'ai baissé la tête sans plus et j'ai dit :

—Bien maitre, puis-je aller faire pipi, Sir ?

Et Justin a crié :

—Plus tard, tapette !

Une fois que les garçons étaient habillés, Aiden a pris une corde mince et m'a dit de me tenir debout et d'écarter mes jambes. Je pensais qu'il allait me donner une de mes punitions que j'avais méritées jusqu'à présent. Il s'est mis à genoux devant moi.

D'abord j'ai pensé qu'il allait me sucer ; cela aurait été impressionnant, mais au lieu de cela il m'a attrapé par mes couilles encore gonflées, les a tirées vers le bas et il a attaché la corde autour de mon scrotum et a une bonne dizaine de fois enroulé la corde autour. Il l'a fait jusqu'à ce que mon scrotum soit complètement étiré et que mes couilles soient au plus bas de mon scrotum et que l'étirement soit à son maximum.

Mes couilles étaient serrées l'une contre l'autre, puis il a fait un nœud et il restait environ 1,5 mètres et Aiden m'a dit que c'était ma nouvelle laisse.

J'ai essayé de lui dire que mes couilles étaient trop enserrées. Elles étaient encore gonflées mais moins qu'hier soir mais font encore mal et maintenant qu'elles sont attachées, enserrées tout était devenu bien pire que hier.

Aiden m'a regardé dans les yeux et a dit :

—Pédé, tu es occupé à râler, à te plaindre !

—Non, sir, mais peux-tu desserrer un rien le lien, s'il te plait, maître ?

Il a souri et a frappé mes couilles fortement et m'a ordonné de descendre l'échelle. J'ai agrippé mes couilles et doucement j'ai descendu l'échelle.

Dès que nous avons quitté le loft Justin est allé chercher la vache qui était dans la prairie avec les deux chevaux. C'était plus frais là-bas pour eux et ils avaient de l'herbe à manger.

Aiden m'a emmené à l'enclos dans la grange où Justin allait amener la vache. Il y avait un tabouret et un seau. Il m'a dit de bien faire attention parce que j'allais devoir faire les mêmes gestes tous les jours à partir de maintenant. Il a attrapé un trayon de la vache et à commencer à le tirer vers le bas, un peu comme si on branlait le trayon, et après quelques essais le lait a giclé dans le seau.

Il s'est levé et j'ai dû essayer de faire de même. Je me suis assis et à ce moment j'ai senti un peu de sperme d'Aiden couler de mon cul. J'ai pris le trayon et j'ai fait comme Aiden. J'avais du lait mais bien moins que lui. Il m'a dit de la traire plus fortement. La vache a tourné la tête vers moi et a mugi. Aiden a dit qu'elle était habituée à être trait par lui mais que d'ici peu elle s'habituera à moi. Il m'a fallu une quinzaine de minute pour terminer le travail et quand je me suis levé, Justin a remarqué qu'il y avait du sperme sur le tabouret. Il m'a giflé et a dit :

—Toi, stupide pédé, tu as répandu du foutre sur le tabouret. Reviens ici et lèche le, chienne !

Je me suis frotté le visage tellement il avait frappé fort, puis je me suis laissé tomber à genoux et j'ai léché le tabouret jusqu'à ce que toutes traces de spermes avaient disparu. Et il y avait encore plus de sperme qui salissait ma jambe ; je l'ai donc essuyé avec mes doigts et je les ai léchés.

Les garçons secouaient la tête et riaient de moi. Je ne sais pas pourquoi mais j'ai léché mes jambes mais je l'ai fait bien que mes maitres ne m'en avaient pas donné l'ordre ! Je suppose que le goût du foutre ne me dégoute plus du tout.

Ensuite, Aiden a pris ma laisse et m'a tiré hors de la grange et s'est dirigé vers le poulailler. Mes couilles me font vraiment mal et il était difficile de marcher avec ce que j'avais entre mes jambes et j'ai eu du mal à suivre le rythme que Justin et Aiden m'imposait. Il a tiré plusieurs fois à ma laisse ; ce qui me causait encore plus de douleur.

Nous sommes arrivés au poulailler et j'ai demandé à Aiden, si je pouvais, s'il te plaît aller faire pipi maintenant.

Aiden s'est mis à rire et m'a donné la permission. J'ai essayé d'aller derrière le poulailler mais Aiden a tiré sur ma laisse et m'a dit :

—Tu pisses ici et maintenant.

J'étais quand même intimidé et embarrassé d'être obligé d'essayer de faire pipi devant eux et il m'a fallu une minute pour commencer à me vider.

Justin se moquait de moi, mais je devais aller d'urgence. Quand j'ai eu fini Aiden a tiré ma laisse et m'a traîné vers la porte du poulailler. Dès qu'il a ouvert la porte je n'ai plus respiré. La puanteur était si forte que j'ai gardé ma bouche fermée et pincé mon nez mais ça n'aidait pas vraiment ?

Justin s'est mis à rire et m'a poussé en disant que je devais apprendre à m'y habituer et de plus je n'avais pas encore fait trois pas que mes pieds étaient remplis de merde des poules ; le sol en était couvert. Heureusement les garçons m'ont laissé porter mes bottes !

Justin m'a montré comment trouver les œufs et comment les placer sur les plateaux. Ils avaient environ 100 poules et la moitié étaient des pondeuses. Je voulais juste sortir pour prendre l'air frais quand Justin m'a informé que c'était mon travail de ramasser les œufs chaque matin mais aussi de nettoyer le poulailler. Il m'a dit qu'il ne l'avait plus nettoyé depuis deux semaines et que j'avais donc beaucoup à faire.

Lui et Aiden ont ri tous les deux. Nous étions là environ 15 minutes et nous avons recueilli cinq plateaux d'œufs que j'ai dû porter. Quand Justin a dit que nous en avions terminé, j'ai déverrouillé la porte et quand je l'ai ouverte, j'ai accroché le plateau supérieur et environ une douzaine d'œufs se sont cassés.

Je suis sorti et j'ai pris une profonde respiration. Justin savait que j'avais cassé des œufs et m'a dit que j'avais ruiné ma chance, que je venais de faire une chose très regrettable et m'a dit que cela allait me coûter cher, plus qu'à la normale. Je lui ai dit que j'étais désolé, que je devais sortir de là pour avoir de l'air frais. Il a répondu qu'il s'en foutait de la raison que j'invoque. Il a pris ma laisse, a donné un coup très puissant et nous avons marché vers la ferme.

La marche fut longue et douloureuse. Mon cul souffrait et brûlait encore du viol que j'ai subi et mes couilles étaient gonflées si fortement j'avais du mal à marcher. Je devais écarter mes jambes légèrement pour diminuer la pression sur mes couilles.

Justin était furieux contre moi et continuait à tirer ma laisse que j'en ai presque perdu mon équilibre à deux reprises mais j'ai réussi à sauver le reste des œufs.

Je savais que nous allions prendre le petit déjeuner et que je dois porter ces vieux vêtements à l'intérieur. Je pensais que s'était des chiffons quand Aiden me les a donné hier mais maintenant j'ai hâte de les mettre et de me sentir normal ou presque.

Quand nous sommes arrivés sur la terrasse j'ai déposé les œufs et j'ai mis mon pantalon. Il était serré et j'ai eu du mal à le fermer et à le boutonner et cela a augmenté la pression sur mes couilles. J'ai mis ma chemise, mais Justin m'a dit de ne pas la boutonner. Il m'a interdit de porter des vêtements trop confortables.

Aiden m'a demandé si je me sentais comme un homme maintenant que j'avais des vêtements. Je lui ai dit que je me sentais mieux étant habillé.

Il m'a rappelé que je n'étais pas du tout un homme et m'a demandé :

—Et qu'es-tu ?

—Une tapette et votre esclave, Sir

Il a ri et a dit :

—Bonne réponse. Retiens-la bien !

La corde était toujours attachée autour de mes couilles mais Aiden a placé en partie la laisse autour de mon cou et avec ma chemise ouverte, elle était facile à voir. J'ai ramassé les plateaux d'œufs et nous sommes rentrés.

Maman était dans la cuisine pour préparer le petit déjeuner. J'ai mis les œufs sur la table. Elle a remarqué la corde autour de mon cou et m'a demandé ce que c'était. Justin est intervenu pour dire que c'était ma laisse. Il l'a secouée et moi j'ai pris mes couilles en main. Il a ri et elle a baissé les yeux et a continué à cuisiner.

Nous sommes entrés dans la salle à manger. Jeff était à table buvant son café. Il me vit marché avec précaution et m'a demandé pourquoi je marchais si drôle. Je lui ai dit que les garçons m'apprenaient à être plus utile pour eux. Ma voix ressemblait rugueuse et Aiden a ajouté que d'ici quelques semaines je serais habitué à être plus utile pour eux et que ma bouche et mes fesses ne seront plus aussi douloureuses. Il se marrait !

Justin a d'ailleurs ajouté que j'aimais être utile et que la nuit dernière j'avais eu la gaule tout le temps.

—Oui, tout le temps, sauf quand on a utilisé le tue-mouche !

A ajouté Aiden et les garçons en sont restés là.

Jeff a demandé à quoi ils ont utilisé le tue-mouche et Aiden lui a dit que c'était pour me durcir les couilles et aussi pour les étirer. En fait ils les étirent maintenant et il tira sur la laisse. Je me suis tortillé et Jeff a ri.

Maman est entrée avec le petit déjeuner et s'est assise. Jeff et les garçons souriaient et ma mère ne savait pas ce qui se passait. Elle s'assit et m'a regardé puis elle a dit que j'avais quelque chose sur mon visage et Justin lui a dit qu'il m'avait donné une dose de protéines ce matin. Aiden a ajouté que lui m'avait donné du soda recyclé.

Tous deux souriaient d'une oreille à l'autre. Aiden a ajouté :

—Caden aime que l'on lui donne quelque chose à boire, n'est-ce pas grand frère ?

—Oui, Sir j'apprécie beaucoup, Sir

Ai-je répondu et Jeff de dire :

—On dirait que vous les garçons vous lui avez déjà appris à ce qu'il vous respecte

—Oui, papa, on lui a appris beaucoup la nuit dernière mais il n'est qu'au début de ses entraînements.

A dit Justin et Aiden a ajouté :

—Certains des entraînements et certaines des punitions que nous avons donnés à Caden ont été vraiment appréciés comme quand je lui ai donné une fessée assez forte ou quand je lui ai fouetté son cul ou quand on l'a lavé complètement avec une brosse à chiotte ou quand il dû embrasser mes pieds ou lécher mes aisselles. Il avait la gaule tout le temps !

Justin a dit que certains entraînements je ne les aimais pas parce qu'ils endolorissent ma gorge, mes fesses et mes joyaux mais qu'après quelques exercices je leur implorerai de les subir.

Jeff a suggéré qu'ils trouvent une punition que je n'aime pas du tout sinon je pourrais saboter leur travail et me faire punir quand et comment je veux.

Les garçons ont accepté et Aiden a dit qu'il avait quelques bonnes idées en tête.

Jeff a dit qu'il aimait le fait que je savais que j'étais inférieur à eux et que je savais où était ma place.

Justin a dit :

—Caden a admis que même moi, son petit frère de 14ans ou presque était plus un homme que lui, n'est-ce pas Caden ?

—Oui, Sir, tu es certainement plus homme que moi. Tu as confiance en toi, tu es intelligent, fier, tu as un grand et beau corps plus musclé que le mien et tu sais que tu es supérieur à moi qui ne suis qu'une mauviette pitoyable et je suis heureux que tu veuilles bien m'entraîner, Sir.

Et Aiden d'ajouter :

—Le plus difficile a été de lui faire admettre ce qu'il est réellement et ce qu'il voulait vraiment. Mais une fois qu'il avait admis cela, je pense qu'il se sentait mieux sachant qu'il n'avait plus à s'inquiéter que quelqu'un découvre son secret. Caden, je sais combien il t'a été difficile de l'admettre vis-à-vis de tes jeunes frères mais maintenant il est temps que tout le monde sache ce que tu es et ce que tu veux.

J'étais totalement humilié. Il voulait que je reconnaisse devant maman et Jeff que j'étais un pédé et que je suce les bites de mes jeunes frères. Mais comment pourrais-je ?

Aiden, sous la table et a pressé mes couilles gonflées et a dit :

—C'est ok Caden, nous sommes une famille continue et lance-toi. Tu peux me faire confiance, tu te sentiras mieux une fois que tu l'auras dit et que ce ne sera plus un secret.

Pendant tout ce temps il a continué à serrer mes couilles. J'ai baissé la tête et j'ai dit :

—Aiden et Justin m'ont fait admettre que j'étais un pédé et que je voulais sucer leurs bites.

Justin était tout sourire et a dit :

—Caden, je pouvais à peine t'entendre, dis-le plus fort.

Je sais que mon visage était rouge brûlant mais je l'ai dit encore et plus fort

—Justin, je viens de dire que je suis un pédé et que je veux sucer ta bite. Ok, tu es content maintenant ?

Aiden et Justin rugissaient de rire. Maman a ramassé son assiette et s'est excusée.

—Est-ce que c'était nécessaire de le faire devant maman?

Ai-je demandé à Aiden qui m'a rétorqué :

—Elle devait le découvrir un jour. Est-ce que tu ne te sens pas mieux maintenant que tu ne dois plus te cacher et te faufiler furtivement pour sucer nos bites. Ce n'est plus d'importance capitale de ses temps-ci : tu as le droit, tu es libre d'être pédé et avoue que tu l'as toujours été !

Une fois que nous avons fini de manger Aiden a pris ma laisse et l'a tirée et m'a dit :

—Caden, puisque tu as admis que tu n'es pas un homme mais juste une tapette, tu n'es plus autorisé à marcher comme un homme. Lorsque tu es à l'intérieur tu dois ramper à nos pieds pour montrer ton respect pour les hommes et pour que tu te souviennes que tu es inférieur à nous. Compris ?

J'étais d'accord avec lui. Il avait raison après tout et je me suis mis à quatre pattes et ainsi j'ai rampé à ses côtés et il me tirait avec ma laisse. Il a dit qu'il était temps pour me punir pour les fautes que j'avais commises ce matin.

Il a dit à Jeff que j'avais au moins fait une demi-douzaine de fautes ce matin et qu'il devait me punir et il s'est mis à rire.

Jeff leur a dit qu'il voulait voir ce qu'ils allaient me faire et que les garçons disposaient d'environ une heure avant que nous devions nous préparer pour l'église. Maman insiste toujours pour que nous allions à l'église.

Une fois sur la terrasse, Aiden m'a ordonné de me déshabiller. Dès que j'ai fait ce qu'il me demandait j'avais à nouveau une terrible érection et Justin a dit à son père que dès que je suis à poil je bande.

Je pense que je bande à cause de la brise matinale sur mes couilles et quand je me trouve nu à l'extérieur.

Aiden a tiré sur ma laisse et nous nous sommes dirigés vers la grange. Il est vraiment difficile de marcher quand les couilles sont gonflées et qu'elles sont attachées et tendues au maximum. Depuis que je vis ici mes couilles ont presque toujours souffert.

Quand nous étions dans le loft, Aiden m'a emmené où ils m'avaient attaché la nuit dernière. Les deux frères m'ont attaché les mains au-dessus de la tête et attachés mes jambes écartées au maximum. Justin a tiré à ma laisse étirant ainsi une fois de plus mes couilles. Ces garçons aiment vraiment beaucoup la torture des couilles.

J'ai demandé s'ils voulaient bien délier mes couilles parce que cela faisait trop mal.

Justin a ri a tiré fortement sur ma laisse. Jeff s'est approché de moi en souriant. Il examinait mon corps nu et sans poils. Il a pris mon braquemart en main et jouait avec ; il l'a même caressé. J'espérais qu'il continue j'avais trop envie de jouir. Puis il a commencé à frotter mes couilles. Je pouvais voir que dans son pantalon une tente se dressait et il léchait sans cesse ses lèvres. Il n'était pas rude, disons même qu'il était doux quand il maniait ma bite et mes couilles.

Il a dit aux garçons que j'étais gentil et lisse quand il frottait l'endroit où je devrais avoir mes poils pubiens. Il semblait aimer beaucoup.

Justin a dit que les pédés ne devraient pas avoir de poils ainsi ils ne pouvaient pas passer pour de vrais hommes. Jeff était totalement d'accord, les tapettes devraient être rasées tout le temps. Il a déplacé ses mains vers mes tétons qui étaient encore toujours rouges depuis qu'Aiden les avaient frappés avec sa ceinture.

Il était occupé maintenant à peloter mes pectoraux et aussi mes tétons. Ensuite il est allé derrière moi et il a vu les marques de ceinture sur mon dos et sur mon cul. Il m'a caressé mes fesses pendant un moment. Je me sentais très bien. Je l'ai vu prendre son entrejambe comme s'il voulait mettre sa bite qui bandait et ses couilles en place et il léchait encore ses lèvres. Je ne sais pas ce qu'il pensait, mais c'était bon qu'il effleure mes fesses et mes couilles.

J'ai remarqué que Justin donnait un coup de coude à son frère en montrant la tente dans le pantalon de Jeff. Il lui a murmuré quelque chose à l'oreille mais je n'ai pas pu entendre ce qu'il a dit.

Jeff a continué à me vérifier et à jouer avec moi pendant environ 5 minutes avant qu'il s'éloigne de moi. Ma bite était si dure et mon pré cum coulait de ma bite. J'espérais qu'il me fasse jouir, parce qu'il a encore joué avec ma bite et même quelques gouttes de mon pré cum couvrait son pouce et à ma grande surprise il a léché son pouce.

Il l'a probablement fait automatiquement sans y penser mais les garçons l'avaient remarqué !

Jeff a demandé aux garçons s'ils ont apprécié de me baiser et de m'obliger à les sucer. Bien sûr ont-ils dit oui tous les deux puis il a jouté :

—J'aimerais les garçons, vous voir baiser avec lui ou le voir vous sucer !

—Et pourquoi veux-tu nous voir, papa ?

Il trouvait étrange que son père voulait le voir baiser un gars et son père a répondu :

—Je sais que vous les garçons vous avez grandi depuis la dernière fois que je vous ai vu nus. J'aimerais voir comment vous avez grandi et aussi savoir si vous êtes aussi bien pourvu que moi. En plus, les garçons, je ne vous avais jamais vu avec votre bite bien dure !

Justin et Aiden se sont regardés et il leur semblait que le discours de leur père était complètement bizarre et un peu sordide. Moi, pendant ce temps j'avais remarqué que le pantalon de Jeff était mouillé à un endroit précis et qu'il avait presque en permanence ses couilles en main.

Aiden a dit à Jeff:

—Ecoute, je l'ai déjà baisé ce matin et Caden a offert une fellation à Justin et nous n'avons pas le temps ce matin. Nous voulions lui donner une punition puis nous devons encore le récurer avant qu'on aille à l'église.

—Ok, Peut-être que plus tard je peux vous regarder prendre votre pied.

A nouveau les garçons se sont regardés. Aiden lui a demandé s'il voulait me baiser.

—Non, pas du tout ; je n'ai même plus de plaisir à niquer votre mère !

C'était vraiment étrange la façon dont il agissait et les garçons ont repris là où leur père les avait interrompu.

Justin a pris le tue-mouche et je l'ai imploré de ne pas me frapper les couilles.

Il a dit :

—Pas de chance pédé. Tu as bousillé tes chances quand tu as brisé les œufs. Maintenant je veux que tu m'implores pour que je frappe tes couilles et dis-moi que tu le mérites. Ensuite tu dois me dire combien de coups tu mérites et si le chiffre que tu me donnes est trop bas, je choisirai moi-même un chiffre et en plus je frapperai encore plus fort.

Je ne voulais pas le supplier de fouetter mes couilles mais je l'ai quand même fait et je lui ai dit que j'avais tout gâché, que j'étais désolé d'avoir cassé les œufs et que je devais être puni pour cela. Je lui ai dit que par œuf cassé il devrait fouetter mes couilles 10 fois pour que j'apprenne ma leçon.

Justin a souri et a dit :

—Je sais que tes couilles te font mal et je ne voulais les frapper que 5 fois par œuf cassé mais puisque tu en veux dix, tu les recevras.

Pourquoi ai-je dit dix ?!

Puis est venu le premier coup et j'ai crié de douleur. Justin m'a ordonné de les compter et de le remercier après chaque coup.

J'ai dit :

—Un, sir. Merci de me frapper les couilles, Sir

Puis le coup suivant et j'ai répété ce qu'il m'avait dit de dire et il a continué à me frapper les couilles. Il ne frappait pas vraiment fort mais à cause d'avoir les couilles attachées et écrasées au fond de mon scrotum sans omettre qu'elles étaient déjà gonflées les coups qu'il me donnait étaient quand même douloureux.

Je criais et je pleurais déjà comme une petite salope dès les cinq premiers coups. Justin avait un grand sourire sur son visage. Il aimait vraiment torturer mes couilles.

Jeff lui, regardait attentivement et toujours léchant ses lèvres et saisissant son entrejambe. Maintenant la tente dans son pantalon était très perceptible et l'endroit mouillé sur son pantalon était devenu bien plus grand.

Quand Justin a finalement terminé, j'étais une épave. Il a libéré mes couilles ; ce qui ne donnait quelques répits et quand ils ont détaché mes mains et mes jambes je me suis écroulé par terre. J'ai pris mes couilles en main et elles étaient deux fois plus grosses que ce matin et il y avait du sang. Je transpirais, je pleurais et j'implorais les garçons de ne plus me faire mal.

Aiden a dit :

—Tu en as fini pour le moment.

Jeff ne pouvait pas croire que ses fils étaient sadiques à ce point-là et il souriait d'une oreille à l'autre. Il a dit qu'il ne pouvait pas attendre de voir ses garçons me baiser ce soir.

Aiden a dit à son père qu'il semblait super excité et qu'il ferait peut être mieux de se branler. Jeff a réellement rougi et a admis qu'il était excité mais qu'il aimait voir ses garçons au travail mais il ne voulait pas se branler devant eux.

—Qu'est-ce qu'il y a de mal à te branler devant nous ! Toi, tu veux bien nous voir baiser Caden !

A dit Justin et Aiden a ajouté

—Ok papa tu te branles maintenant devant nous et ce soir tu peux nous voir d'abord punir Caden et ensuite nous regarder baiser tous les deux Caden et l'obliger à nous sucer. D'accord ?

Jeff a dit qu'il voulait absolument regarder cela mais il était embarrassé de se branler devant ses fils.

Aiden l'a poussé à l'extrême en disant :

—Regarde comme tu es excité, regarde ton pantalon. Nous sommes tous de la famille ici et il n'y a pas de problème de te branler devant nous. Nous l'avons tous fait et ce n'est pas la fin du monde. Fais-le maintenant !

Jeff était clairement embarrassé mais il était tellement excité et il voulait absolument voir les bites bandantes de ses fils qu'il a ouvert sa fermeture éclair et qu'il en a sorti queue. Elle était énorme, elle faisait au moins 20 cm et était très épaisse et je l'ai vue palpiter.

Les frères se regardaient et se souriaient. Justin a levé le pouce en l'air, signe d'une certaine victoire.

Jeff a commencé à se branler le regard fixé sur sa bite ; il ne voulait pas voir que ses fils le regardent et tout compte fait l'humilient !

Aiden a dit à son père de laisser tomber son boxer sur ses chevilles, ainsi ses couilles seront plus libre et qu'il se sentirait mieux et Jeff était tellement concentré à branler sa queue qu'il a laissé tomber son pantalon et son boxer. Il avait des couilles pendantes et très grosses.

Justin lui a dit d'écarter ses jambes afin qu'elles puissent balancer de l'avant à l'arrière et Jeff l'a fait !

Cette fois Aiden levait son pouce pour féliciter son frère.

Puis Aiden a dit à son père de prendre ses couilles en main et de bien les serrer. Et Jeff l'a fait !

Jeff faisait tout ce que les garçons lui disaient de faire. Je ne pouvais croire que Jeff se soumettait à ses propres fils. Et Justin a vu que Jeff, son père, avait énormément de pré cum et lui a demandé de l'ôter à la main et de tout lécher.

Les garçons se marraient fortement. Quand Jeff était prêt à juter, Aiden a saisi la main de son père et lui a dit d'arrêter. Jeff s'est contenté de regarder son fils.

Aiden lui a dit :

—Je veux que tu gardes toute te force jusqu'à ce soir jusqu'à ce qu'on baise Caden. Tu pourras te branler et jouir pendant que nous le baisons et tu seras tellement excité que tu auras le meilleur orgasme de ta vie ! Cela vaut la peine d'attendre, non !

Jeff a accepté et a ôté encore plus de pré cum de sa bite et l'a avalé sans y penser.

Les garçons se contenaient de sourire.

Justin m'a regardé ; j'étais toujours étendu sur le sol. J'avais cessé de pleurer et mes couilles faisaient nettement moins mal. Il m'a ordonné de me lever ; il était temps de me donner ma douche avant d'aller à l'église.

Nous sommes tous allés à la douche. Aiden m'a dit que si je promettais de ne pas bouger il ne m'attacherait pas mes mains au-dessus de ma tête pendant qu'il me récurait. J'ai promis, j'ai mis mes mains sur ma tête, j'ai écarté mes jambes et je l'ai imploré d'y aller mollo avec mes couilles et il a promis d'en tenir compte.

Lui et Justin se sont partagés le travail pour décrasser chaque centimètre de mon corps avec la brosse à chiotte. Je me suis tortillé quand ils nettoyaient mes aisselles, ma bite, mes couilles et mon cul mais pas assez pour les agacer.

Jeff nous a observé tout le temps et dans son pantalon il avait toujours sa tente et il se grattait encore les couilles.

Quand les garçons ont eu fini de me récurer ils ont dit qu'il était temps de s'habiller et Jeff est retourné à la ferme pour se changer et Aiden lui a rappelé qu'il ne devait pas se faire jouir. Il a promis qu'il ne le ferait pas.

Quand nous retournions tous les trois vers la grange, Aiden a demandé à Justin :

—Etais-je le seul ou avais-tu aussi le sentiment que papa agissait plus comme une tapette que comme un homme ? Il a tâté et joué énormément avec Caden et il aimait le voir sans poils. De plus, il n'avait pas envie de baiser sans omettre qu'il a bouffé le pré cum de Caden mais aussi le sien et apparemment il appréciait. En plus il a fait tout ce que nous lui demandions de faire. Je pense qu'il veut être notre esclave comme Caden, l'est !

Justin a ajouté :

—C'était bizarre quand il a dit qu'il voulait nous voir bander et nous regarder baiser.

—Ce soir, nous allons découvrir avec certitude, s'il est pédé ou pas. Il sera super excité pour voir nos bites et il fera tout ce qu'on lui demandera de faire justement pour nous voir bander !

—Peux-tu t'imaginer si nous pouvons en faire aussi notre esclave ! Ce serait fantastique d'avoir deux pédés dont on peut abuser et en faire tout ce que l'on veut !

—Ce soir nous serons fixés !

A suivre

 
Go to the contents page for this series.

◀  Read the in this series.     Read the in this series.  ▶


Show all the stories by Jerome
You can also discuss this story in the New MMSA Forum.

The contents of this story archive may not reflect
the views or opinions of the site owners, who most
certainly DO NOT sanction ANY abuse of children.
copyright © 2005-2018   admin ·AT· malespank.net
Labelled with RTALabel.org Valid HTML 5!